Unité de méthanisation Val de Saône : les travaux ont démarré à Pusey pour produire du biogaz

Haute-Saône. Frédéric Quiclet et Laurent Delain viennent de lancer la construction de l’unité de méthanisation Val de Saône située sur la commune de Pusey.

D’ici fin 2022, l’équipement devrait produire du biogaz qui sera injecté dans le réseau de l’agglomération vésulienne.

Grâce au concours d’entreprises locales, le chantier de construction de la future unité de méthanisation devrait durer une quinzaine de mois. Photo ER /Bruno GRANDJEAN

 

Les travaux de construction de la future unité de méthanisation, portée par la SAS méthanisation Val de Saône , ont démarré ce lundi 29 mars à Pusey. Un panneau récapitulatif des entreprises qui vont intervenir sur le chantier a été érigé à l’entrée du terrain, qui se situe à la place de l’aire d’accueil des gens du voyage et juste à côté.

Les investisseurs qui portent le projet sont Frédéric Quiclet, à la tête de plusieurs entreprises agricole s, et Laurent Delain, agriculteur et maire de Vy-le-Ferroux , ainsi qu’un fonds d’investissement parisien nommé Eiffel, spécialisé dans l’énergie renouvelable. Ensemble, ils apportent 920 000 € en fonds propres sur un projet dont le coût total s’élève à 7,4 M€.

Le projet initial n’a pas varié d’un iota. Il s’agit toujours, avec le concours de 14 agriculteurs partenaires, de transformer les effluents d’élevage entrants (soit 35 000 tonnes par an) en biogaz (200 m³/heure) qui sera directement injecté dans le réseau de l’agglomération vésulienne. Le constructeur retenu, en l’occurrence Méthalac, jouit d’une solide expertise puisqu’il a déjà construit 50 méthanisations en France et s’apprête encore à en bâtir une vingtaine.

 

Une idée de station GNV

En revanche, un projet est venu s’ajouter avec l’idée de mettre en service une station gaz naturel pour véhicules (GNV), à côté de l’unité de méthanisation. « Une réunion a eu lieu avec différents partenaires (GRDF, des transporteurs, Sicaé, Sied, la CAV, la société AgriOpale…) et une pré-étude de faisabilité a été lancée pour chiffrer le coût du projet », explique Laurent Delain. Les deux associés prendront leur décision dès le résultat connu, c’est-à-dire en juin.

Cette station pourrait servir pour les poids lourds, les voitures, les bus de transports urbains et les camions de collecte des ordures ménagères de l’agglomération vésulienne (CAV). « Ce serait la première installation de ce type en Haute-Saône. On souhaite ouvrir le capital pour la station GNV car on veut que cela soit un projet de territoire », précise-t-il.

En plus du terrain agricole racheté à un particulier, le projet va devoir s’étendre sur l’aire d’accueil des gens du voyage pour des raisons de sécurité d’accès. « On refinancera une autre aire, juste à côté, de la même capacité », signale Laurent Delain. Pour finir, il a une pensée pour René Regaudie, ancien maire de Pusey , qui fut un « facilitateur » et « pour tous ceux qui ont cru dans ce projet » qui deviendra prochainement réalité.

 

Source : EST RÉPUBLICAIN - par Cécilia CHERRIER - 21 avril 2021.